Janine Machiedo, 02.02 au First Friday à Bienne

Grande, fine, élancée, un air doux et mystérieux, elle nous fait voyager et nous questionne sur des thèmes quotidiens à travers des tableaux surréalistes. Son univers et son souci du détail nous questionnent, nous interrogent, nous mettent parfois mal à l’aise ou nous font rêver. La découverte de Photoshop lui permet d’exprimer sa créativité à sa guise et de créer des atmosphères singulières.

Dans un style décalé, avec une pointe d’humour… noir, elle nous parle de ses tableaux. Lorsque nous parcourons ses œuvres, aucun détail n’est laissé au hasard et chacune de ses œuvres raconte une histoire, en voici quelques unes.

Adieu valentin, la nuit de noces est passée et les ballons perdent de leur prestige. La réalité reprend sa place. Les joies de l’amour idéal n’est plus qu’un souvenir. La routine frappe à la porte et nous rappelle que cet amour parfait n’était qu’une illusion. Les ballons perdent de leur éclat et derrière eux, une femme, blessée mais fière, est prête à reprendre les rennes de sa vie, résolue et déterminée.


Primavera, Janine Machiedo


Son travail a commencé par une série de tableaux traitant de son amour pour le café, on peut même dire de son addiction à la caféine. Des milliers de de photos de café ont été prises et elle s’amuse à relever le défi et d’en créer des inédites. Et on peut le dire, elles sont très réussies !


Pour « Trapped », elle parle d’une fille insatisfaite qui se sent piégée dans la situation de vie, Elle ne sait comment s’en sortir et tout ce qui l’approche la dérange et se bat en vain pour s’en sortir. Même les papillons qui sont des belles créatures l’incommodent. Ils symbolisent la beauté et l’inconstance, la superficialité. Derrière les apparences se cachent la vérité.



Photos Anne-Sophie Maugeon & Fabrizio Galuppi



©2019 by SOARI

  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon